24 février 2015

mes 3 prochaines lectures!

Je n'en peux plus d'attendre le 4 mars pour la sortie du dernier Vargas et l'arrivée de ma commande complète de chez Mollat ....Les avoir en vrai, en papier, les sentir, les toucher!! - JP. Blondel : Un hiver à Paris - B. Beaulieu : Alors vous ne serez plus jamais triste: conte à rebours - F. Vargas : Temps glaciaires plus que quelques jours....

22 février 2015

Mon dernier cheveu noir, de Jean-Louis Fournier

"Mon dernier cheveu noir" est un recueil d’anecdotes, de pensées, de jeux de mots, de réflexions sur la vieillesse et le temps qui passe. Il m'a été conseillé : "c'est désopilant", m'avait on dit. Pas vraiment en réalité : le propos est tantôt acerbe, mélancolique, grinçant, attendrissant, drôle parfois. On y sent le temps qui passe, les cheveux qui s'éclaircissent et les articulations qui grincent. Avec un ton cynique, JLF décrit la difficulté à se sentir moins vaillant, le trouble ressenti en devenant grand-père, et autres situations qui vous rappellent que l'heure tourne. 
JLF n'est pas un comique (on ne se bidonne pas) mais il manie avec talent l'autodérision. On le referme au bout d'une heure, en pensant à ceux qu'on aime tant, dont les articulations sont un peu moins vaillantes, qui râlent, souffrent aussi, et à qui on aimerait dire: "restez très longtemps même avec vos cheveux blancs!"

21 février 2015

Les Merveilles

Un film humain et sincère mais qui contrairement à ce que j'espérais après avoir écouté France Inter, ne me laissera pas un souvenir impérissable. 
 Le contexte: fin d'été, début des années 90, la campagne italienne (la ongrie), une ferme d'apiculteurs d'un autre siècle. Wolfgang, le père de famille apiculteur et grand idéaliste est à la tête d'une tribu féminine germano-italienne où les parents se parlent en français pour se dire les choses graves ! Gelsomina, l'ainée,  a endossé le costume trop grand de "chef de famille". Elle et ses trois petites sœurs sont obligées d'aider leur père dans son travail. Elle trime, sous les yeux d'un père qui l'adore (et lui laisse quotidiennement retirer les dards des abeilles de son dos) autant qu'il la rudoie. Un jour débarque dans le village une occasion inespérée de sortir de cette routine: une émission de télé réalité. C'est hors de question pour le patriarche, mais Gelsomina ne renonce pas... 
Mon ressenti: un joli film, dur et tendre à la fois mais qui ne m'a pas bouleversée. Il y a certes, de délicatesse, de l'originalité mais rien qui ne m'a donné l'envie de crier à la pépite cinématographique. Peut être le propos, le moment, les personnages : il m'a manqué quelque chose.

18 février 2015

Vincent n'a pas d'écaille

Merveilleusement fantastique ou fantastiquement merveilleux.
En 1h15 j'ai été emportée par ce conte moderne, où se mêlent humour, amour et douce folie!  

16 février 2015

L'enquête

Sans l'ombre d'un doute, "l'enquête" est un très bon thriller politico-financier, bien construit, fort bien documente, bien mené et joué...mais non, "l’enquête" n'est pas comme le prétendent certains médias LE film qui permet de tout comprendre de l'affaire Clearstream.
J'en suis sortie ravie, certaine d'avoir passé un bon moment de ciné et convaincue des motivations de Denis Robert  le journaliste passionné, qui va mettre en péril sa vie personnelle et professionnelle dans le tourbillon de l'affaire, très bien interprété par Gilles Lelouche.
En revanche en ce qui concerne Clearstream, ça reste un gros gros B... auquel je ne pige toujours rien! après 2 h de film, je n'ai toujours pas compris le lien entre les frégates, les taïwanais, les fichiers Excel trafiqués, le corbeau, les commissions pas très nettes (planquées dans des valises) et les transactions effacées.

15 février 2015

La gaieté, de Justine Lévy

Vous savez (peut-être, ou pas?!) que j'aime Justine Levy, sa plume élégante, sensible et cynique à la fois. Que ce soit pour raconter une rupture, une grossesse, la maternité, elle sait toujours trouver les phrases qui font mouche, vous touchent, vous remuent. Elle les balance comme sur le divan, les déballe parfois sans virgule, dans un souffle comme une thérapie... 
La Gaieté c'est l'histoire d'une femme, Louise (Justine) qui décide de mettre "la gaieté" dans sa vie à partir du moment où elle tombe enceinte ! Adieu mélancolie adieu tristesse. C'est tentant la gaieté...pourtant rien n'est si simple. Dans cette autofiction, elle y parle de névroses, de transmissions, de casseroles que l'on se refile, de mère en fille, de générations en générations. J'aime sa façon de mettre en mots, ces maux que l'ont se transmet. Certains y verront un roman autobiographique plaintif et égocentrique, moi j'y ai surtout vu une jolie réflexion sur la maternité vers une forme d'apaisement.

14 février 2015

After, de Anna Todd

"After" est ce qu'on appelle une fan fiction (aka livre écrit sur smartphone en langage sms, avec la collaboration de fan(e)s boutonneux). "After" est accessoirement LE pavé de plus de 600 pages pour adolescentes hystériques dont tout le monde parle (il a été téléchargé plus d'un milliard de fois!)
Curiosité oblige (je n'avais jamais lu de "fan fiction"), j'ai tenté. Résultat, les 100 premières pages sont accrocheuses, un peu érotico-cucul, puis ça vire pénible, interminable, limite insupportable J'ai failli lâcher à mi-parcours. Blasée par tant de niaiserie, de clichés et d'écriture automatique...mais j'ai tenu jusqu'au bout (d’autant plus qu'il a fallu attendre la page 400 pour qu'elle passe à la casserole). 
L'histoire c'est celle d'une jeune fille rangée Tessa qui déboule à l'université et fait la connaissance d'une badboy tatoué, particulièrement irritant et cyclothymique. Mademoiselle est excitée, lui attiré par le charme coincos du cardigan.
En fait, il n'y a aucune histoire. Comme dirait mon amie D: juste l'éternel recommencent "on baise, on s'engueule, on se sépare ... On se rabiboche ... On baise ... 
Il y a déjà un tome 2 et un tome 3 à venir. SANS MOI!
Restent quelques phrases cultes, genre « Je mets mon jean étroit et un débardeur mais, dans cette tenue, j’ai l’impression d’être toute nue, je préfère attraper un cardigan blanc dans mon placard. »

8 février 2015

Prix des auditeurs du masque et la plume!

Imitation game

Vf : 1, Pop corn : 0 Obligée d'aller voir un (très bon) film en version française !!!

Vous l'aurez compris voir un film en version originale sous titrée à Limoges dans le cinéma du centre relève du défi ou du RTT.  En gros les films passent en VO le mardi à 15 h et le lundi à 19h. POINT. 
Poussée par l'envie de voir ce film aux critiques plutôt élogieuses et à la bande annonce alléchante, j'ai craqué. Je l'ai vu en VF. Je vous entends, vous allez dire, "elle se la raconte, qu'importe la langue pourvu qu'on comprenne l'histoire"... Détrompez vous, la langue compte, l'accent, le rythme.  C'est ce qui donne du réel au film, qui crée l'ambiance. Bref, malgré tout,  j'en suis sortie conquise, prête à prendre un RTT mardi prochain pour le revoir en VO.
Le film est selon moi une réussite. Tout d'abord, l'histoire est passionnante: celle d'Alan Turing, mathématicien d'exception aussi génial qu' asocial et angoissé, qui entre 1941 et 1945 va tenter de  briser Enigma, le code secret utilisé par les Allemands.  Le film mêle propos historique,  analyse psychologique (le rapports humains de Turing sont plus que délicats), sociologique (une société condamne l'homosexualité). Les acteurs sont extras; on y retrouve notamment  Benedict Cumberbatch (alias Sherlock, sans son débit de mitraillette) qui campe ce personnage complexe et rejeté avec talent.

 

6 février 2015

Papa ou maman

Une comédie cynique plutôt  réussie avec deux acteurs que j'aime: Marina Foïs et Laurent Lafitte. Le pitch est le suivant: un couple de quarantenaires se sépare. La mère, ingénieur, ambitieuse et douée a l'opportunité de partir au Danemark. Le père, jeune medecin se voit proposer un poste humanitaire à Haïti. Bilan: aucun des deux ne veut la garde des 3 mômes, particulierement ingrats et mal élevés, âgés de 8, 12 et 14 ans, les fesses greffées au canapé et les doigts soudés aux iphones. 
Le combat pour se debarasser des enfants est alors lancé, la guerre est déclarée, à coup de Paic-Citron dans les pâtes, culpabilisations autres bassesses pour se faire haïr de leurs mômes . Le ton est grinçant, le rythme endiablé et le duo Fois/Lafitte en égoïstes manipulateurs rejouissant.

1 février 2015

Snow therapy

C'est le film à voir, des étoiles partout, des critiques dithyrambiques! Tous les matins, France Inter ne cesse de le répéter sur des notes de Vivaldi !
Ce sera donc le film de mon dimanche après-midi. "C'est en VO" s'excuse presque la caissière de mon cinéma. J'espère bien...

L'histoire d'une famille bourgeoise suédoise en vacances d'hiver dans les Alpes.  Attablés dans un restaurant d'alitude, une avalanche manque de les emporter. Alors que la mère protège ses gamins, le père fuit avec ses gant set son iPhone. S'en suit la descente aux enfers du couple, de la famille, le doute, la rancœur.

Résolument dérangeant, esthétiquement irréprochable, implacablement neigeux, le film intrigue, questionne sur l'être humain, la famille, le courage et la responsabilité mais laisse perplexe! J'en suis sortie avec l'envie d'explications, de débat. De choper le premier venu à la sortie: homme, femme, mère/père de famille, vieux, ado et de lui poser LA question: "et Toi? T'aurais fait quoi? Ce qui m'a troublée, c'est que je crois bien que je fais partie de ces être lâches qui n'auraient pas forcément sauvé autre chose que leur peau dans ce genre de situation (et oui, j'aurais pris mon iPhone!). 
Envoyez vos avis.