28 juin 2015

Mustang

Probablement un des plus beaux film sur la féminité !!! A voir ! 

Une mère

Trop de misère, trop de détresse, trop de malaise: trop pour moi.
Autant Mummy m'avait laissé sans voix autant ce portrait de mère désemparée, seule face à un gamin ingérable et violent m'a clairement ennuyée. J'ai du mal à saisir pourquoi la presse est extremement positive face à ce film quasi sordide;

27 juin 2015

A love you

Sur le papier et la bande annonce ça sentait bon la comédie de potes, entre romance, humour lendemain de soirées et road-trip d'apprentissage ...
Au final, énorme déception: c'est laborieux, absolument pas drôle, hyper vulgaire et porté par des dialogues sans rythme et ennuyeux. 
Pour la comédie française de potes : on repassera! 
 



Leve toi et charme

Clément Bénech, 23 ans m'a littéralement emballée avec "lève toi et charme". 
Dans ce très court roman, il raconte l'histoire d'un étudiant en thèse qui part à Berlin sur les conseils de son directeur de thèse pour avancer l'ouvrage...Dans une laverie automatique une jeune femme entre : Dora, aussi bizarre qu'attach(i)ante, perchée et mystérieuse. Dora va intriguer notre jeune étudiant, quitte à lui faire oublier la charismatique Annabelle restée à Paris. 
Clément Bénech, avec son style incisif, nous emmène dans cette ballade berlinoise, mêlant modernité et romantisme (des conversations Skype avec Annabelle aux rendez-vous secrets avec Dora). Il nous amuse en décrivant le pull-over de Noël de son directeur de thèse, nous attendrit en nous parlant de son chat et nous séduit en ajoutant entre les pages des petits croquis ou des mini-photos. 
Vous l'aurez compris, sous le charme je m'en vais acheter "l'été slovène" du même auteur,  publié en 2013 ...
Merci uncle E pour ce bien charmant conseil littéraire!

Changer la vie

Merci babelio (Masse Critique) et les éditions Gallimard de m'avoir donné l'opportunité de lire ce livre, qui je dois l'avouer ne m'a nullement conquise. Je l'ai même abandonné au milieu devant un style agaçant où se mélangent chansons diverses et phrases en anglais. C'est l'histoire tarabiscotée et intello d'une époque que je n'ai pas connue, les années Mitterrand, l'histoire d'un renoncement aux rêves, l'histoire d'une désillusion pour deux amis, André (Dédé) et François bercés par la rengaine socialiste "changer la vie". Déception pour moi mais je le prête à qui serait tenté!
tous les livres sur Babelio.com

25 juin 2015

Dirty dancing

Mon film culte sur grand écran et en VO! 
Que dire ? 
1. Que j'ai vibré, souri et pleuré! 
2. Que des répliques telles que : "I carried a watermelon" ou "we don't put baby in a corner" sont intemporelles.  
3. Que le mambo, sur écran géant est simplement inoubliable. 
La salle (sou)riait devant tant de sensualité et de tendresse, emportée par une nostalgie contagieuse...

23 juin 2015

La bibliothèque des cœurs cabossés

Mouais... Disons qu'il s'agit d'un roman sympa un peu cucul et étrangement traduit. Ce sont surtout les 100 premières pages qui m'ont données envie d'aller plus loin. On y rencontre Sara une libraire suédoise un peu mal dans ses baskets qui part rencontrer Amy, une américaine passionnée de littérature avec laquelle elle échange depuis plusieurs mois des lettres. A l'arrivée dans le petite bourgade de Broken Wheel, Amy n'est plus là. Mais Sara est accueillie par le village (et son lot de personnages hauts en couleurs): Georges, le couple d'homo, Caroline, la grenouille de bénitier, Tom, et tous les autres! Sara, acharnée et passionnée va leur faire découvrir la lecture en ouvrant une librairie , commerce hautement improbable dans ce no man's land. Voilà pour l'histoire, qui s'avère tout de même un peu simplette, longuette (les 150 dernières pages sont interminables!) et non aidée par un style parfois surprenant voire incompréhensible  (problèmes de traduction??). Restent une histoire d'amour et de romans, plein de références à des livres (lus ou non lus en ce qui me concerne) qui donnent envie d'aller au bout!

Critique à venir : du ciné!!

L'échappée belle (film)
AMY (film, sortie le 8 juillet)
Mustang (film) 
Un moment d'égarement (film) 

21 juin 2015

Valley of love

Je n'ai de base nulle admiration pour Depardieu ...acteur que je connais peu voire pas. A part Cyrano de Bergerac, je pense n'avoir jamais vu aucun film avec lui. Mais il faut reconnaître qu'au milieu de ce film étrange et triste sur le deuil, le couple et la paternité, quasi paranormal, il brille! Juste en quelques mots pour évoquer un baiser, une histoire d'étreinte dans un ascenseur, il dégage une tendresse infinie et semble HABITÉ! Madame Huppert à ses côtés a du mal à dégager autant de sincérité. L'ensemble est bizarre, caniculaire, non déplaisant mais loin être inoubliable.

17 juin 2015

L'ombre des femmes

Le film intello en noir en blanc de Philippe Garrel, talentueux réalisateur, que la presse encense. 
Loin d'avoir passé un mauvais moment (au pire, ca dure 1h15), j'avoue ne pas avoir été spécialement emballée par cette histoire d'amour qui manque cruellement ....d'amour! J'ai eu beau cherché, je ne l'ai pas perçu ...ni entre les amants (on sent vaguement le coté charnel de la relation et encore); quant au couple au centre du propos : pas une onnce de complicité, pas une lichette de fusion ni même de tendresse. Notez éventuellement la complicité dans le retour de Monoprix (cf.image): les poireaux pour Madame, la courgette pour Monsieur...
A voir pour le style : parigot/bobo/black and white!

Le monde de Natan

Voila un joli film anglais que la version française saccage.
L'histoire d'un petit garçon brillant, surdoué des mathématiques et ...autiste. Devenu adolescent, toujours aussi brillant, épaulé par un enseignant atypique Mr. Humphreys, il projette de participer aux prochaines Olympiades Internationales de Mathématiques. Il se retrouve alors en Chine pour un entrainement intensif dans un monde dont il ignore les codes, entouré d'autres adolescents prodiges mais au relationnel parfois problématique. Il y rencontre aussi une jeune chinoise à laquelle il va s'attacher... l'autisme y est abordé de façon positive, au milieu de tonnes de formules mathématiques, plein de bons sentiments et de tendresse mais l’ensemble est gâché par la version française. Les voix françaises font grincer des dents et ne laissent pas transparaitre les émotions des personnages. J'en suis sortie un peu déçue avec le sentiment d'avoir perdu tout le charme et du film. A voir, en, VO exclusivement !

On voulait tout casser

Sur le papier le film de potes, entre 40 et 50 ans, plus ou moins heureux en couple, plus ou moins heureux dans leurs vies. L'un d'entre eux apprend qu'il est atteint d'un cancer et qu'il ne lui reste que quelques mois à vivre (cancer dont le diagnostic est marqué sur une papier qu'il laisse dans sa veste. Crédibilité : 0)!!
Et pour être vraiment sûr de ne pas mourir dans un service (très chic au demeurant d'une clinique privée),  il s’achète un voilier en vue d'un tour du monde, annonce un projet de petit voyage à ses potes alors qu'il sait qu’il n'en ne reviendra pas. Ça "pourrait" fonctionner comme "le cœur des hommes" (le 1, évidemment), le ton pourrait être celui d'une comédie dramatique d'amis de toujours, unis devant le drame auquel doit faire face leur pote de toujours. Ben non,  raté!! ça ne sonne pas juste, à aucun moment on ne croit que cette bande-là est inséparable, qu'ils ont tout traversé, tout partagé. Ils n'ont pas le même âge, plus les mêmes intérêts, y a l'abruti (et pas qu'un peu),  le beauf qui s'achète des livres au mètre pour remplir sa bibliothèque, le sentimentalement paumé...et on se dit "vous voulez vraiment nous faire croire qu'ils ne peuvent pas se passer les uns des autres? Le spectateur se sent juste prisonnier de grosses ficelles dramatiques et  gêné par la petite morale philosophique. Nous somme tous des égoïstes qui ne  prenons conscience de notre individualisme que lors de la découverte de la maladie de l'un des nôtres!!  générosité, solidarité... pfff....! 
Passez votre chemin !

13 juin 2015

Comme un avion

Un film de Bruno (et non Denis!, merci E pour ta vigilance) Podalydes qui réunit tout ce que j'aime. De la fantaisie, de la poésie et de la tendresse avec des personnages délicieux et des acteurs irréprochables. C'est tellement harmonieux, tellement fluide qu'on est emporté dès les premières minutes. Michel (Bruno Podalydes) 50 ans, infographiste, une femme délicieuse et une passion pour l'Aérospatiale. Un jour, au détour d'une conversation sur les palindromes, il tombe sur Internet en admiration devant un kayak. Un vrai, en bois, en kit...d'un click, le voici en possession de l'objet: objet de liberté, de voyage, de désir! tout est si finement exprimé: la crainte et l'excitation, les rêves d'enfance, la fuite... La première partie est pleine drôlerie, avec notre Michel en pleine préparation de son périple. La deuxième partie est plus onirique, avec la descente de la rivière et la rencontre de personnages fantasques et libres : une amoureuse qui pleure quand il pleut (Vimala Pons), deux bricoleurs shootés à l'absinthe et une Agnes Jaouy, parfaite en veuve en manque d'amour, patronne de guinguette. Superbe moment!

3 juin 2015

Loin de la foule déchaînée

La version campagne victorienne de "pourquoi les hommes aiment les chieuses & pourquoi les femmes craquent pour les mauvais garçons avant de réaliser que l'homme parfait est sous leurs yeux ! 
Ça ressemble à un Walt Disney, le prince s'appelle Mathias Schoenaerts,  c'est romantique et plutôt sensible !