27 septembre 2015

23 septembre 2015

Marguerite

Un vrai bon moment de cinéma avec une Catherine Frot au sommet. 
Tout y est bien fait, bien amené, on rit, on réfléchit sur la vanité,  le poids des apparences, le mensonge et la folie. Chapeau monsieur Xavier Giannoli !

D'après une histoire vraie

Lu en quelques jours, le dernier livre de Delphine de Vigan est particulièrement bien mené, original et bien ficelé ! Sous des aspects de thriller, il est avant tout une réflexion sur la littérature : place de la fiction, récit autobiographique, qu'attend le lecteur ? Le livre raconte une usurpation d'identité, une violente imposture ; une femme L. prend le contrôle de la vie de Delphine de Vigan, s'immisce dans son quotidien, la coupe de ses amis, la replie sur elle-même jusqu'à la faire sombrer dans une profonde dépression. Tout dans le récit est là pour nous faire penser que tout est vrai: il y a les enfants de Delphine, son amoureux François, les références à ses anciens livres, et ce constat/point de départ : depuis rien ne s'oppose à la nuit, Delphine de Vigan n'est plus capable de rien : plus capable de répondre un mail plus capable d'ouvrir son ordinateur , de prendre un stylo pour payer une facture. L. arrive à ce moment là de sa vie, moment de doute et de fragilité... Le dernier tiers tel un thriller, est particulièrement bien ficelé et la fin est magistrale, interrogeant le lecteur sur ce qu'il vient de lire!

17 septembre 2015

La vie en grand

La vie en grand raconte l'histoire de deux mômes de banlieue  Adama et son petit et adorable acolyte Mamadou qui, pour améliorer le quotidien se retrouvent au péril de leur vie à revendre des barrettes de shit aux riches du collège privé d'à coté... Je pensais adorer (le film avait sélectionné en clôture de la Semaine de la critique cette année à Cannes), j'ai trouvé ça binaire et pas transcendant: petit film gentillet, social, bien pensant avec les méchants dealers et les gentils enseignants. Heureusement les deux mômes sont sincères et convaincants et quelques scènes sont assez bien vues telle que cet apprentissage du poème de Joachim Du Bellay, en plein découpage de barrettes de shit, particulièrement réjouissant.

7 septembre 2015

Un été

Si on rapporte au nombre de pages, ça fait cher la page...sauf que ce livre est aussi bref que puissant. On y découvre Pierre, le narrateur, son frère Jean et deux femmes : Lone et Jeanne. Il y aussi un voilier et la promiscuité qu'il impose, la chaleur écrasante de l'Italie, l'exiguïté des cabines, la sensualité du sel sur les peaux chauffées par le soleil, les souvenirs du passé. Tout y est intense, fort, comme tendu : les voiles, les vagues, les regards. Quant à la fin : belle et troublante. 
A lire d'urgence! 

Et je danse, aussi

Il s'agit d'un roman épistolaire écrit à 4 mains sous formes d'échanges d'emails entre un écrivain un peu en déclin et une "jeune" femme Adeline Parmelan. Tout commence par l'envoi d'une enveloppe kraft et d'un e-mail. A défaut d'ouvrir l'enveloppe, notre vieil écrivain ouvre l’e-mail. A partir de la, un échange s'installe, quotidien, insatiable, de plus en plus intime. On sent la proximité s'installer, les cœurs s'ouvrir. Un joli livre de vacances, léger et assez mélodieux. 
PS: Merci sister pour le conseil !

6 septembre 2015

Temps glaciaires

Un peu déçue par cette aventure vargasienne tant attendue et tant admirée de tous. Je ne crois pas avoir entendu une seule critique négative et pourtant, pour ma part, "Temps glaciaires" arrive loin derrière bien d'autres VARGAS. Je ne sais si ce sont les nombreuses références à Robespierre et cette "société secrète" mais j'ai eu du mal à être emportée... Même notre Adamsberg m'a moins convaincue, moins charismatique, moins attendrissant. Alors que d'ordinaire, avec VARGAS, ce sont les petits éléments anodins qui n'en sont en réalité pas qui font avancer l'enquête, là on a l'impression d'une succession de hasards invraisemblables. Bref, une petite déception. Attendons le suivant ...reste à savoir dans combien d'années!