28 juin 2016

Cafe society

Cher Woody : je suis déçue. Déçue par cette absence d'originalité, déçue par cette presque facilité, quasi mollesse! Toujours le même propos, les mêmes références. Alors qu'il y a deux ans, tu m'avais tant amusée avec "Magic in the moonlight", variation pleine d'humour et de finesse sur le spiritisme dans un cadre original, là, tu t'enlises dans ton New York adoré, tes Amants éternels et les amours contrariées! Restent Jesse Eisenberg et Kristen Stewart : aussi épatants l'un que l'autre. 

19 juin 2016

Julieta

Un très bon Almodovar : un qui vous emporte sur les chemins de la maternité, de la féminité, du secret et de la famille! Qui plus est, un jour de fête des mères, on en sort remué.
Point de steward bourrés, ni d'hystérie aérienne comme dans Les Amants passagers que j'avais trouvé insupportable et moins d'anticonformisme que d’ordinaire : juste une histoire sombre et gracieuse de femmes. Les actrices sont d'une élégance rare, la mise en scène colorée, les flash-backs pas trop nombreux. Quant à la scène du train: elle est tout simplement époustouflante à la fois par sa mise en scène que par son propos, métaphore du temps qui file, de la fugacité des choses (rarement vu une aussi belle nuit d'amour). 
J'en suis sorte tremblante.