14 novembre 2016

Réparer les vivants

J'ai du mal à croire que ceux qui qualifient ce film de "sublime adaptation",  "superbe réalisation" et autres commentaires dithyrambiques ont réellement lu le livre! 
Reprenez le roman de Maylis de Kerangal relisez ses phrases à haute voix, sentez les respirer entre les virgules, surfez avec Simon, écoutez les mots, imprégnez vous des silences. Ou sont ces sensations dans le film? J'ai eu beau chercher, je n'ai pas ressenti un centième de l'émotion qui m'avait habitée à la lecture du roman. J'avais refermé la dernière page en larmes, j'ai quitté la salle sans le moindre tressaillement. 
Et oui, sans nulle doute, les acteurs sont bons, le propos crédible, les scènes parfaitement filmées mais il manque le flot sublime des mots qui rendait ce livre incontournable.  
Achetez le roman ;-) 

6 novembre 2016

Ma vie de courgette

Un très très grand film d'animation... non pardon "un très grand film tout court". 
Ça faisait longtemps que je ne m'étais pas autant régalée au cinéma. On sort ému, attendri, et revigoré devant le charme de cette histoire pleine de saveurs colorées. Nous étions une dizaine dans la salle, des enfants avec leur maman pour la plupart. À la fin, régnait un calme étrange:  les mamans avaient les yeux tout mouillés comme moi, sortant discrètement un mouchoir de leur sac à mains et les enfants étaient silencieux : la magie avait  opéré! Courgette nous a embarqué dans son monde. Monde fait de petits personnages/marionnettes -oh combien réels et attachants, avec leur grosse tête, leurs  yeux immenses et leur sourire triste. Les détails fourmillent : cerf-volant, pulls en laine tricotés, crayons de couleur: tout est nuancé et précis - même le procès-verbal sur l'écran de l'ordinateur est lisible. 
Le film n'est pas triste, il est même franchement drôle à bien des égards : j'ai franchement ri lorsque que Simon (le gros dur!) explique le coït à ses copains, avec ses mots d'enfant : "la femme transpire beaucoup et elle est tout le temps d'accord". Le personnage de Raymond, le policier, est lui aussi particulièrement réussi: dans l'ombre, sensible, solitaire. On l'aime avec son bonnet et ses cactus. 
Vivement le DVD!