31 juillet 2017

Venise n'est pas en Italie

Vous avez aimé Little Miss Sunshine ? Vous aimez les roadtrip en  famille, doux-dingues et poétiques ? Le mélange des genres type Lequesnoix/Groseille vous amuse ... FONCEZ! C'est émouvant, drôle, sensible et un peu barré aussi. 
Le narrateur, c'est Émile, 15 ans, un blondinet décoloré par une mère un poil envahissante, affublé d'un père VRP aux blagues douteuses, les hormones en folie et un regard troublant sur le monde qui l'entoure.  Il a fait la connaissance au lycée de Pauline, aussi jolie que distinguée, violoniste, un peu bourgeoise. Lorsque celle-ci lui propose de la rejoindre à Venise pour un concert à la Fenice, c'est toute la famille qui embarque dans la caravane!
J'ai adoré ce périple rocambolesque, avec pour point final la belle Venise, où il est question  d'adolescence, de familles (parfois) encombrantes, mais surtout d'amour. Un chouette livre qui mêle émotions et humour. A lire, sans hésiter. 
NB : Il parait que le livre a été adapté au théâtre et ça donne bien envie d'une escapade parisienne pour cette occasion !!

26 juillet 2017

Cherchez la femme

Une vraie comédie sur un sujet sensible. Fallait oser et c'est plutôt une réussite, rythmée, enlevée, maline! !
Ça commence comme une histoire d'amour improbable entre Armand (Moati parfait!), fils d'anciens opposants iraniens au régime de Khomeini, et Leila (Camélia Jordana, épatante)  tous deux étudiants à Sciences-Po. 
Sont pas vraiment du même monde ces deux-la, pourtant tout leur réussit: le billet pour les USA est réservé, le stage à l'ONU a été accepté ! Jusqu'au jour ou débarque le grand frère de Leila, parti faire de l'hôtellerie au Yemen mais qui revient franchement radicalisé et bien décidé à enfermer sa sœur et à envoyer le petit frère chez "les grands frères" du Yemen.
Pour voir sa belle, Armand décide de se faire passer pour une iranienne traditionnelle, Shérazade, de se revêtir du niqab ...sauf que le grand frère tombe sous le charme de cette "femme si pieuse et aimable".
Le sujet est risqué voire ultra casse g... et pourtant on rit, on s'amuse du travestissent (le voir traverser Paris avec ses petits talons, son Niqab et ses yeux soulignés de khôl), on sourit des quiproquos et  personnages secondaires aux traits certes un peu forcés (les parents opposants au régime, les réfugiés politiques, les "blancs" de la cité radicalisés, etc.). 
 

9 juillet 2017

Central Park

Croyez-le ou non, j'ai lu un Musso (hyper vite) et je n'ai pas détesté !!
Ça commence sur un banc de Central Park à New York. Alice et Gabriel, se réveillent menottés l'un à l'autre. Ils ne se connaissent pas et n'ont aucun souvenir de leur rencontre. La veille au soir, Alice faisait la fête avec ses copines sur les Champs-Élysée, Gabriel jouait du jazz à Dublin. 
Je n'irai pas jusqu'à dire que j'ai adoré mais je suis surprise d'avoir été à ce point embarquée dans ce thriller un peu "facile"... J'ai plusieurs explications (excuses ?) 
- ça se passe à New York et vous connaissez ma tendresse pour cette ville! Entre la course poursuite dans le quartier de Red hook (cher à ma copine Cancan), le labo de Mount Sinai,  l'Apple Store de Grand Central, les diners américains , on s'y croirait !
- l'héroïne Alice est attachante, fliquette du  36 Quai des Orfèvres, au passé douloureux, 
- le style est hyper basique, même en sautant un mot sur deux, on comprend tout (parfait pour le train, qui plus est coincé en gare de Coutras),
- Musso sait happer son lecteur, alternant présent et flashback, avec des chapitres courts, qui donnent envie de tourner les pages,
- la fin et ses multiples rebondissements, relativement originale.
Bref, c'est comme un verre de rosé, pas extraordinaire mais sympa pour inaugurer l'été !

5 juillet 2017

Baywatch

Oui, oui, vous ne rêvez pas! J'ai vu ...j'ai survécu :)
En VO qui plus est.
La critique bientôt...

Les méduses ont-elles sommeil ?

Certains ici connaissent mon intérêt pour les addictions et autres troubles de l'usage (sic). 
Je pensais avoir l'estomac noué et les yeux humides à la lecture du récit d'une adolescente dans le gouffre de la cocaïne et de la MDMA. En réalité, j’assiste plutôt pendant 80 pages, à l'ivresse sous psychotropes de la jeune héroïne Hélène. En refermant le livre, j'avoue avoir ressenti un mélange de  frustration et de déception...manque d'émotions ? Difficulté à s'identifier au personnage ? 
A bien y réfléchir, le livre est en réalité fort troublant car il illustre parfaitement le sentiment de plénitude, de toute puissance que produisent ces substances, loin des effets néfastes.  Plus de faim, plus de fatigue, plus de vide, la vie sous MDMA devient légère, diaboliquement enivrante! Tout semble prendre sens. L'auteur décrit habilement cette dépendance à laquelle elle croit échapper, le bonheur superficiel offert par les psychotropes et la quête de sens à l'entrée dans l'âge adulte. 
Au final, un premier sentiment étrange de frustration, remplacé par une troublante impression de réussite littéraire 
J'attends vos avis.